Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Le village d'Al Araqib dans le désert du Néguev

Le Fond National Juif continue sa politique de déplacement forcé dans le Néguev

4 octobre 2016

Retrouvez ci-dessous un "flash-back en photos" des événements survenus entre le 24 et le 20 septembre 2016 à Al Araqib.



Faisant suite au bulletin de cet été "Le FNJ-KKL reprend le boisement des
champs d’Al Araqib"
, retrouvez les derniers événements d’Al Araqib, ce village du Néguev détruit 103 fois par l’armée israélienne.

En introduction vous trouverez un résumé des événements : le travail du FNJ sur les champs d’Al Araqib et la résistance forte des villageois, des arrestations et la joie de la libération de ceux qui ont été arrêtés, des procédures juridiques entamées pour obtenir que les tracteurs se retirent. Al- Araqib a été attaqué encore 3 fois récemment ; la résistance non violente contenue….

Ensuite, le photo-reportage montre les expériences vécues. La plupart des photos sont copiées des pages - Facebook des amis militants avec leur autorisation. Je suis les événements presque tous les jours via mes contacts avec Aziz Abu Amdiam, Salim سليم العراقيب et le Forum pour la Coexistence dans le Néguev (NCF- Dukium).

Les événements

Dimanche 24 juillet les tracteurs du FNJ-KKL continuaient à travailler la terre d’Al Araqib alors que les habitants et militants fidèles protestaient. La police arrête deux villageois et deux membres du NCF-Dukium, qui seront libérés le soir même.

Le 25 juillet au petit matin, la police s’est installée juste devant la porte d’entrée d’Al Araqib. Pendant la journée les tracteurs du FNJ continuent le travail. Le 26 juillet, par surprise, à la fin de la journée des grands camions arrivent et retirent les tracteurs à la suite de la décision du juge du tribunal de police de Rahat après les interventions des avocats défendant les droits des habitants d’Al Araqib.

Le 27 juillet, la police Yo’av arrive avec un bulldozer pour démolir pour la 101e fois le foyer d’Al Araqib et les biens des habitants…

Malgré toutes ces attaques presque quotidiennes des Israéliens contre villages, la résistance non violente des Bédouins du Néguev/Naqab reste toujours forte.
Le 30 juillet, les habitants d’Al Araqib ont organisé un «  Festival de Défi et Persévérance » avec beaucoup d’intervenants, dont le Sheik Sayah al Turi, Aziz Abu Amdiam, les avocats, des militants, des jeunes…..Le Festival a attiré un grand public.

Tous les dimanches à16.30, le rassemblement des villageois d’Al Araqib, des militants et des visiteurs a lieu au carrefour des autoroutes 40/31 près de Lehavim avec une grande banderole : Stop à la démolition d’ Al Araqib….

Début août les tracteurs du FNJ/KKL se sont approchés des villages Umm-al-Hīrān et Atir.
Le 17 janvier 2016, la Cour Suprême d ’Israël a rejeté la demande de poursuite des discussions sur l’avenir des deux villages bédouins non-reconnus Atīr et Umm al-Hīrān. La Cour a maintenu l’ancienne décision selon laquelle l’État pourra démolir les deux villages et expulser leurs résidents. Le NCF déclare dans la mise à jour l’ Update du 17 janvier : Nous , les Bédouins et les résidents juifs du Néguev , continuerons à lutter ensemble contre cette décision raciste, inhumaine et injuste de détruire ces deux villages pour planter une forêt et y construire une ville juive.

Salim, le maire d’ Umm-al-Hīrān a déclaré : Les villages dans le Naqab essayent de se regrouper pour protester, mais le manque de financement et de structures rend cette action très difficile.
Les Bédouins se sentent considérés comme des ennemis de l’Etat et non comme des citoyens Israéliens. Ils ont le droit de voter à la Knesset, mais pas le droit de s’exprimer sur le développement local ! Dans ces conditions, il est très difficile, en particulier pour les jeunes, de garder espoir et de les encourager à suivre une formation professionnelle.
Les titres de propriété sur leurs terres ont été inscrits sur les registres ottomans ou du mandat anglais, mais le cadastre israélien de 1948 ne les reconnaît pas.
Salim exprime le sentiment de désespoir et de découragement total des Bédouins, en soulignant que son fils a pourtant servi comme autres bédouins dans l’armée israélienne !

Le 4 août le FNJ/KKL est également arrivé sur les champs de Nuri el-Uqbi à Abu Samara près du carrefour Eshel Hanassi. Nuri défend sa terre . Au mois de mars 2010, Nuri a introduit une procédure juridique au Tribunal de Beersheba connue sous le titre : Le cas de la terre bédouine. Avec 17 membres de la tribu, il revendique leurs droits de propriété sur 1000 dunams de terre à al-Araqib, confisqués en 1951 par le gouvernement israélien sans compensation. Malgré les documents, archives et autres preuves apportés par Michael Sfard et Oren Yiftachel, la juge Sarah Dovrat a conclu, par un jugement rendu le 25 mars 2012, que les terres en question n’avaient pas à être attribuées aux demandeurs, n’étant pas détenues par eux dans les conditions requises par la loi : les plaignants devaient encore prouver leurs droits sur ces terres en montrant qu’ils sont inscrits dans le Tabu, le cadastre israélien.

Et le même jour, une maison d’une mère bédouine et ses 10 enfants à Kashen Zaneh a été détruite. Sur Facebook des militants ont été convoqués le 6 août pour venir la reconstruire…

Le 18 août, les bulldozers reviennent pour la 102è fois pour démolir les constructions des habitants d’Al-Araqib

La solidarité internationale est très importante pour les Palestiniens et les Bédouins.
Le 25 août, une délégation du PC de Paris a rendu visite à Al-Araqib et à d’autres villages bédouins.

Les quinze premiers jours de septembre plusieurs procedures juridiques étaient programmées au tribunal de Beersheba.

Dans les années 1969-1970, Israël donna la possibilité aux Bédouins d’enregistrer leurs prétentions à la propriété de leurs terres. 3200 demandes furent déposées. En 2003, le gouvernement les a contestées en réclamant aux Bédouins des titres de propriété, que la plupart d’entre eux ne possédaient pas. Des tribus, comme les al-Turi et el-Uqbi, qui ont présenté des documents officiels, n’ont jamais reçu de réponse ou des rejets et les terres ont été enregistrées comme domaine de l’État.

Aziz exprime toujours le désir de vivre en paix dans son village. "Nous défendons nos droits à l’éducation, aux services de santé publique, d’électricité et d’eau, sur nos terres. Avant 1948 les cheikhs étaient les dirigeants des Bédouins et nommaient les juges en cas de conflits."

Les procédures juridiques continuent toujours. Sheik Sayah al Turi continue sa résistance, en outre contre la démolition des tombes du cimetière. Il y a une loi israélienne qui interdit de démolir des cimetières.

Le 13 janvier 2016, le tribunal de Beer-Sheva a convoqué les habitants d’Al-Araqib. L’État israélien réclame aux habitants le paiement de 2 millions de shekels (environ 470 000 €) pour la destruction de leur village en 2010 et 5000 shekels (près de 1 200 €) pour chaque jour d’occupation de leur propre terre. Depuis, les Bédouins ont été convoqués au tribunal de Beer-Sheva à plusieurs reprises. Le juge a examiné les titres et justificatifs des droits de propriété des résidents d’al-Araqib. Son jugement a été reporté plusieurs fois, récemment pour un an, au mois de septembre 2017…..

Le 14 septembre a eu lieu une réunion à Jérusalem-Est avec une exposition de photos de Fazal Sheikh sur le livre « The Conflict Shoreline : Colonization as a Climate Change in the Negev Desert » d’ Eyal Weizman / Fazal Sheikh.

Le 19 septembre Al-Araqib a été attaqué pour la 103ème fois et comme toujours la tente-foyer a été reconstruite le lendemain

[gris]Paris, le 28 septembre 2016
Irène Steinert

Un grand merci aux photographes et à Sonia Fayman pour les corrections de texte.[/gris]

Le 24 juillet, la police Yo’av retourne à Al Araqib et les habitants protestent

Deux villageois et deux militants du Forum de Coexistence dans le Néguev ont été arrêtés


On attend la relaxe des quatre personnes arrêtées


Et voilà, le soulagement et la joie... (photo:Dukium)

Le 25 juillet, la police s’installe de nouveau devant l’entrée d’Al Araqib


Le 27 juillet, la police Yo’av arrive à Al- Araqib pour détruire le foyer, les tentes et les bien des habitants pour la 101e fois.

Les habitants et militants se rassemblent…..


Le 26 juillet à la fin de l’après-midi, les tracteurs du KKL-FNJ se retirent à la suite de la décision du juge du tribunal de police de Rahat après les interventions des avocats des habitants d’Al Araqib.



La résistance non violente

Le 30 juillet, les habitants d’Al Araqib organisé le « Festival de Défi et Persévérance »

Un grand public et beaucoup d’intervenants, dont le Sheik Al Turi et Aziz Abu Amdiam, des avocats, des militants, des jeunes…


Le 2 août, un rassemblement contre la situation dans le Néguev - Naqab

Au mois d’août, le FNJ-KKL menace également Umm-al-Hīrān, Atir et d’autres villages non reconnus dans le Néguev - Naqab

Des vastes chantiers d’aménagement du KKL-FNJ ( Fonds national Juif) sont en cours dans les environs d’ Umm-al-Hīrān où l’on voit les bulldozers et les pavillons Israéliens. Sur la photo, on voit le drapeau du FNJ et au fond la Forêt - Yatir pour laquelle des villages non-reconnus ont été et seront détruits.
Photos Irène Steinert


Après 13 ans de procédures juridiques, la Cour Suprême a décédé le 5 mai 2015 que le village Umm al-Hīrān sera détruit pour construire sur ses ruines une ville juive « Hiran ». et voilà …

Le FNJ-KKL approche Umm al-Hīrān




Les habitants protestent et la police arrête 5 personnes.

Le 4 août le FNJ-KKL arrive sur les champs de Nuri al-Uqbi à Abu Samara près le carrefour Eshel Hanassi


Le 4 août, le FNJ détruit une maison d’une mère bédouine et ses 10 enfants à Kashen Zaneh. Sur Facebook des militants ont été convoqués le 6 août pour la reconstruire…

Al-Araqib attaqué pour la 102è fois, le 18 août
Toutes ces photos copiées de page Facebook de Salim سليم العراقيب



Le 25 août, visite d’une délégation du PC - Paris à Al-Araqib



Rassemblement hebdomadaire, ici une photo du 28 août 2016 au carrefour de 40/31 près de Lehavim.

Le 14 septembre, réunion à Jérusalem-Est pendant une exposition des photos de Fazal Sheikh et du livre « The Conflict Shoreline : Colonization as a Climate Change in the Negev Desert. » de Eyal Weizman / Fazal Sheikh.
Al-Araqib



Le 19 septembre, la police Yo’av et les tracteurs du FNJ-KKL attaquent la 103ème fois Al - Araqib
Le lendemain, la tente - foyer est reconstruite



Le rassemblement du 25 septembre au carrefour de 40/31 près de Lehavim.
Le nom Al-Araqib écrit en pierre par les habitants au bord de l’autoroute.



Images à télécharger - Sans titre
Documents à télécharger - Le FNJ continue sa politique de déplacement forcé dans le Néguev - juillet à septembre
Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Destructions d’infrastructures Réfugiés palestiniens Palestiniens d’Israël Bédouins


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

14 septembre 2017 Mobilisation pour la libération de Salah Hamouri Prisonniers palestiniens

14 septembre 2017 VIDEO : A Gaza, l’art peut-il être une résistance ? campagne 2017 Bande de Gaza Culture / art Résistance non-violente

11 septembre 2017 L’AFPS à la Fête de l’Humanité - 15-16-17 Septembre 2017 campagne 2017


> Toutes les publications