Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

la Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine condamne toutes les répressions.

5 juillet 2021

Le 24 juin Nizar Banat résistant à l’occupation israélienne mais aussi à la politique et aux pratiques de l’Autorité palestinienne (AP) était violemment arrêté à Doura, près d’Hébron, à 3 heures du matin par les forces de sécurité palestiniennes dans la maison de son oncle où il dormait. Sa mort a été annoncée 3h après. D’après l’autopsie les causes de la mort de Nizar Banat « n’étaient pas naturelles ». A l’évidence Nizar Banat, 43 ans, est décédé sous les coups : côtes fracturées, traces sur le crâne...Nizar Banat, opposant connu, avait déjà connu plusieurs fois les geôles de l’Autorité palestinienne.

A la suite du report des élections législatives palestiniennes prévues fin mai, Nizar Banat était candidat, environ 60 militants opposés à l’Autorité palestinienne et à ce report ont été arrêté de manière brutale. Certains sont encore détenus dans la prison de Jéricho, dont des candidats aux élections.

Selon Omar Shakir, directeur de recherches sur Israël et la Palestine, auprès de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch : « l’AP a systématiquement recours à des arrestations arbitraires, elle torture critiques et dissidents. Les gouvernements qui veulent aider à développer l’Etat de droit en Palestine devraient couper leurs liens avec les forces de sécurité car elles l’affaiblissent activement. »

La Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine condamne cette répression quel que soit les désaccords exprimés par les opposants politiques et les défenseurs des droits humains. Nous condamnons aussi la répression des manifestations de protestation à la suite du décès de Nizar Banat qui a provoqué une vague d’indignation et la démission du ministre palestinien du travail Nasri Abu Jeich.

La violences première et principale, l’oppression et la répression systématisée est celle exercée par les autorités israéliennes sur la population de Gaza ou de Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Sans oublier celles exercées sur la palestiniens d’Israël.

Mais les palestinien.ne.s ne doivent pas subir une deuxième oppression exercée par les autorités de Ramallah ou de Gaza. La diversité du peuple palestinien et de ses expressions est une grande richesse pour sa résistance à l’oppression et à sa fragmentation. Et pour l’avenir.

Nous exprimons notre solidarité avec les militant(es) et associations palestiniennes qui sont confrontés à cette répression et demandons aux autorités palestiniennes de respecter la liberté d’expression et les droits de l’Homme.



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Autorité palestinienne Liberté d’expression Défenseur.e des droits de l’Homme

Rechercher par type de ressources
article


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

21 juillet 2021 L’AFPS à l’université d’été des mouvements sociaux et des solidarités / Nantes 2021 Education

12 juillet 2021 Hommage à Suha Jarrar Défenseur.e des droits de l’Homme

12 juillet 2021 Liberté pour Khalida Jarrar ! Prisonniers palestiniens


> Toutes les publications