Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Dominique Vidal : « La campagne électorale en Israël a été un déferlement de haine anti-arabe »

20 septembre 2019 - La Midinale, Regards

Au lendemain d’élections législatives en Israël qui laissent voir un paysage politique plus à droite et plus incertain que jamais, Dominique Vidal, journaliste et essayiste spécialiste du Moyen-Orient, était l’invité de la Midinale.



VERBATIM

Sur le contexte des élections législatives en Israël du mardi 17 septembre 2019
« Il ne s’agissait pas d’élections législatives mais d’un plébiscite organisé par Benjamin Netanyahou pour être reconduit à la tête d’un gouvernement de droite, d’extrême droite et ultra-orthodoxe israélien et pour éviter la prison. Et de ces points de vue, c’est un échec. »
« On aurait très bien pu éviter ces élections : Benjamin Netanyahou n’ayant pas réussi à former une coalition après les élections du 9 avril dernier, dise au président de l’Etat d’Israël qu’il passait la main, notamment à Benny Gantz, pour essayer de former une coalition. Mais il a voulu passer en force et a organisé l’autodissolution de la Knesset, l’Assemblée nationale israélienne. »

Sur les résultats de ces élections
« Le Likoud et ses alliés naturels, d’extrême droite et ultra-orthodoxes, ne font que 56 sièges. »
« Tout dépend maintenant d’Avigdor Liberman et son parti Israël Notre Maison, un parti essentiellement russe. »
« Il va y avoir une tentative, qui peut durer plusieurs semaines, de mettre en place un gouvernement d’union nationale. Mais les questions, c’est : qui pour le diriger ? De qui sera-t-il composé ? Et surtout : quelle sera dès lors la place de Benjamin Netanyahou, s’il en a une ? »

Sur les alternatives politiques à Benjamin Netanyahou et son Likoud
« Il n’y a pas d’alternative à la politique radicale que mene Netanyahou depuis 2015. »
« La gauche traditionnelle, le Meretz, est au bord de l’agonie alors que dans les années 60, elle avait jusqu’à 50 sièges à la Knesset. »
« Les Bleu et Blanc n’ont plus n’étaient pas une vraie alternative. Par exemple, quand Benjamin Netanyahou a annoncé qu’il allait annexer la Vallée du Jourdain [en Cisjordanie], la réaction de Benny Gantz, le chef des Bleu et Blanc, ça a été de dire : “ils me volent mon programme !” »
« Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, c’est un peu bonnet blanc et blanc bonnet ou plutôt blanche kippa et kippa blanche. »

Sur les thèmes abordés pendant la campagne
« Pendant cette campagne, il y a eu un déferlement de haine anti-arabe. »
« Benjamin Netanyahou a été jusqu’à dire pendant la campagne : “les Arabes veulent tous nous tuer !” »
« Il y a une très forte dégradation de la réflexion sur l’issue [des relations entre Juifs et Arabes]. »
« En 2016, 70% d’Israéliens, juifs et arabes, étaient hostiles à l’annexion de la Cisjordanie. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 28%. »
« En 2016, 53% des Israéliens étaient pour la solution dite des deux Etats. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 35%. »
« On assiste à une droitisation profonde de la société israélienne. »
« L’absence d’alternative fait penser à la situation française à ceci près que là-bas, il y a un conflit qui peut mettre le feu à toute la région voire au monde entier. »

Sur le climat de guerre orchestré par Benjamin Netanyahou et la crise qui s’ouvre au Moyen-Orient

« Benjamin Netanyahou a tout fait pour créer un climat d’hystérie de guerre. »
« Les médias français s’arrêtent parfois de parler de ce qui se passe en Israël et en Palestine par manque de connaissance ou par peur de toucher des sujets sensibles. »
« Tous les jours, Israël bombarde en Syrie, en Irak, à Gaza, au Liban et Benjamin Netanyahou a même menacé de bombarder au Yémen ! »
« Il y a une escalade vers la guerre que l’on sent – sauf dans les médias français. »
« Benjamin Netanyahou bénéficie d’une certaine aura internationale, notamment auprès de la bande des populistes comme Donald Trump mais aussi Vladimir Poutine. »
« Depuis le sommet du G7 à Biarritz, on a vu qu’il y avait des tensions entre Donald Trump – qui a viré John Bolton parce qu’il ne voulait d’une solution de force contre l’Iran – et Benjamin Netanyahou qui lui reprochait d’avoir accepté les manœuvres d’Emmanuel Macron visant à diminuer les tensions avec l’Iran. »
« Il est surprenant que, même après l’attaque contre les raffineries saoudiennes, il n’y ait pas eu de réactions alors que Benjamin Netanyahou en rêvait. »
« Il a même été dit que Benjamin Netanyahou a pensé reporter les élections sous prétexte d’organiser une grande opération à Gaza. »
« Je crains que plus la crise politique s’approfondira – même s’il peut très bien avoir un accord d’union nationale – plus Benjamin Netanyahou sera tenté d’en sortir par la guerre. »
« Mohammed Ben Salman, le futur roi d’Arabie Saoudite, est devenu très calme ces derniers temps : beaucoup de spécialistes disent qu’à Riyad, on a pris la mesure de la puissance militaire iranienne et qu’on redoute ce qui se passerait en cas d’affrontement, dans le Golfe même. »


- Sur le site de Regards


Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Analyses politiques et géopolitiques Palestiniens d’Israël Société (Palestine/Israel)

Rechercher par type de ressources
vidéo


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

10 octobre 2019 L’entrepreneure palestinienne qui apporte l’énergie électrique à Gaza Bande de Gaza Economie et développement Economie

8 octobre 2019 La Plateforme Palestine alerte le Rapporteur spécial de l’ONU contre la torture sur la situation de détenus palestiniens Prisonniers palestiniens Torture et mauvais traitements Détention administrative Grève de la faim Droit international

8 octobre 2019 Prisonniers palestiniens : il y a urgence Détention administrative Prisonniers palestiniens Défenseur.e des droits de l’Homme Droit international Criminalisation Torture et mauvais traitements


> Toutes les publications