Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Décembre 2012 : « Le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine"

11 février 2013 - La Croix

C’est un président de l’Autorité palestinienne sous haute protection que Benoît XVI a reçu lundi 17 décembre, à 11 heures, au Vatican. Mahmoud Abbas a remercié le pape pour le vote du Saint-Siège, le 29 novembre à l’ONU, en faveur de la reconnaissance de la Palestine comme pays observateur non-membre aux Nations unies.

Selon le communiqué final, Benoît XVI et Mahmoud Abbas ont souhaité « que cette initiative encourage l’engagement de la communauté internationale en faveur d’une solution juste et durable au conflit israélo-palestinien, qui ne pourra être obtenue qu’à la faveur de négociations respectant la bonne foi des deux parties, dans le respect des droits de tous ».

Les chrétiens, artisans de paix

Au cours de l’entretien, qui a duré 25 minutes, en anglais et en présence d’un interprète, le pape et le président de l’Autorité palestinienne ont évoqué les difficultés que connaît actuellement le Moyen-Orient, en soulignant l’apport des communautés chrétiennes à la construction de la paix, notamment dans les Territoires palestiniens. Les deux hommes auraient notamment évoqué les difficultés rencontrées par les chrétiens de la bande de Gaza, qui ne sont pas autorisés à venir célébrer Noël à Bethléem.

Il s’agissait de la sixième rencontre entre Benoît XVI et Mahmoud Abbas : cinq fois au Vatican, dont la dernière le 24 avril 2007, et une fois en Terre Sainte. En mai 2009, reçu par le président de l’Autorité palestinienne à Bethléem, la ville natale du Christ, Benoît XVI avait réitéré son soutien à un État palestinien. Le pape avait célébré une messe en plein air devant la basilique de la Nativité et s’était rendu au camp d’Aïda, à proximité du mur de séparation construit par Israël.

« Le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine sur la terre de vos ancêtres, sûre et en paix avec ses voisins, à l’intérieur de frontières internationalement reconnues », avait alors déclaré Benoît XVI. Mahmoud Abbas avait pour sa part dénoncé l’occupation israélienne et affirmé qu’il était « grand temps de mettre fin aux souffrances » palestiniennes.

F. M., à Rome


http://www.la-croix.com/Religion/Ur...


Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Nations unies


Articles associés

Campagne en cours


L’agenda

Dernières publications

18 avril 2024 Hôpital Al-Shifa, ventes militaires françaises et demande de cessez-le-feu Analyses politiques et géopolitiques Colonisation Eau Bande de Gaza Développement UE/Israël Politique française Jérusalem Autorité palestinienne Nations unies Torture et mauvais traitements Agriculture Etat de Palestine Droit international Solidarité internationale Enfance/jeunesse Histoire/analyse politique Santé Prisonniers palestiniens Vallée du Jourdain Destructions Aide internationale La question palestinienne en France Société (Palestine/Israël) Occupation/annexion Hamas Société civile Crime de guerre UE/Palestine Liberté d’expression Armement Violence des colons Climat/environnement Apartheid Guerre

11 avril 2024 « La France doit interdire le commerce avec les colonies israéliennes » Produits des colonies Droit international Colonisation

8 avril 2024 Offre de stage - assistant.e recherche et communication


> Toutes les publications