Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Situation de l’exportation depuis les Territoires palestiniens occupés

21 mai 2013
  1. Les textes
  2. Cisjordanie
  3. Gaza
  4. Ampleur des bénéfices israéliens/colonies grâce à l’exportation

1. Ce que dit le Protocole de Paris (1994) :

  • La création de toute nouvelle entreprise est soumise à l’approbation de la puissance occupante, tout comme l’enregistrement de toute nouvelle marque ou la plantation d’arbres fruitiers.
  • Formalisation de l’union douanière qui existait de facto depuis l’occupation de 1967, avec pour référence les tarifs douaniers israéliens.
  • Des restrictions quantitatives sur certains produits agricoles exportés en Israël depuis la Cisjordanie et Gaza et, d’autre part, la Jordanie et l’Égypte, pour un certain nombre de produits listés dans les annexes du Protocole. Les Palestiniens pourront importer ces marchandises avec des tarifs douaniers qu’ils établiront eux-mêmes, mais dans des quantités fixées avec Israël.

Les productions palestiniennes sont peu compétitives sur les marchés arabes, a fortiori lorsque l’on sait que le coût du travail dans les territoires occupés est beaucoup plus élevé en raison de l’interpénétration entre les économies palestinienne et israélienne. Le principal débouché pour les exportations palestiniennes est, logiquement, Israël.

L’ « ouverture économique » promise par le Protocole de Paris ne se concrétise guère, puisque l’essentiel (75% en moyenne) des échanges commerciaux se fait avec l’État d’Israël, ce dernier représentant le débouché d’environ 90% des exportations palestiniennes, pour aboutir à un déficit commercial représentant environ 40% du PNB palestinien. Dans certains domaines, et notamment le secteur agricole où des quotas sont imposés aux exportateurs palestiniens, les rapports de forces se modifient considérablement en faveur des exportateurs israéliens.

Le champ économique palestinien est en outre dépendant des évolutions de la situation politique, puisque le bouclage du territoire est à la totale discrétion des autorités israéliennes. Les suites du soulèvement de septembre 2000, avec environ 1000 jours de bouclage pour la période 2001-2005, confirment la fragilité de l’économie palestinienne : le PNB s’écroule entre 2000 et 2005 (-35%), tandis que la production agricole chute, en valeur absolue, de plus de 25% entre 1999 et 2006, et la production industrielle de plus de 20%. Le renforcement des procédures sécuritaires imposées par Israël augmentent considérablement les coûts de l’exportation et de l’importation de marchandises, rendant encore un peu moins concurrentielles les productions palestiniennes et moins attractives les zones autonomes, et renforçant les logiques autarciques.

Selon les derniers chiffres, la Palestine exporte environ 500 millions US$ et importe plus de 3 milliards US$ de marchandises. La Palestine est sujette à un déficit commercial depuis la signature des Accords d’Oslo qui représente jusqu’à 48% du PIB.

2.Cisjordanie

Le principal obstacle à l’exportation depuis la Cisjordanie est le transport des marchandises à l’intérieur du territoire occupé (checkpoints israéliens, routes barrées, etc.) ainsi qu’à la sortie des marchandises.
En effet, depuis le début de la seconde Intifada (2000), les restrictions de mouvements à l’intérieur même de la Cisjordanie cantonnent les Palestiniens à, le plus souvent, ne commercialiser leurs produits que sur le marché local, sortir ne serait-ce que du gouvernorat étant difficile et donc coûteux.
Les restrictions imposées sur les passages commerciaux entre la Cisjordanie et Israël ont gravement endommagé les relations commerciales des Palestiniens avec le reste du monde.
Le problème est particulièrement grave car l’économie palestinienne est particulièrement dépendante du commerce extérieur. En effet, il constitue environ 80% du PIB. La fermeture des frontières endommage également le commerce intérieur entre la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

3.Gaza

Plusieurs secteurs majeurs de l’économie de Gaza dépendent traditionnellement de l’exportation, comme le textile, l’ameublement et l’agriculture.

Dans les années 90, Israël a commencé à augmenter ses restrictions sur la circulation des marchandises à l’extérieur de Gaza.

Pendant l’année 2005, environ 10 000 camions sont sortis de Gaza ; la plupart (environ 85%) des marchandises transportées étaient vendues en Israël, environ un quart en Cisjordanie et le reste à l’étranger.

A partir de 2007, dans le cadre de ses mesures contre le Hamas, Israël a presque totalement interdit la sortie de produits de Gaza, quelle que soit leur destination. Exception faite d’un nombre limité de produits agricoles qu’Israël autorise à sortir, uniquement pour aller en Europe, dans le cadre d’une initiative du gouvernement hollandais.

De juin 2007 à juin 2010, seuls 255 camions de fraises et de fleurs sont sortis de Gaza pour l’Europe, alors que des dizaines de camions sortaient de Gaza chaque jour les six premiers mois de 2007, et qu’Israël avait autorisé 400 camions à sortir chaque jour dans le cadre des Accords sur l’accès et les déplacements (Agreement on Movement and Access - AMA).

En décembre 2010, Israël a déclaré qu’il autoriserait plus d’exportation depuis Gaza par le point de passage Kerem Shalom.

De la fin novembre 2010 à la fin avril 2011, 287 camions de fraises et de fleurs sont sortis de Gaza pour l’Europe, ainsi qu’une quantité infime de poivrons rouges et tomates cerises, autrement dit, 0,5% de la quantité de camions promise dans l’AMA.

  • L’exportation des produits de Gaza n’est autorisée par Israël que l’hiver, ce qui exclut donc les fruits et légumes d’été. Les exigences d’Israël concernant les conditions d’envoi des marchandises (type de conditionnement, de camion, etc.) rendent l’exportation trop coûteuse.
  • Depuis 2007, Israël n’autorise par les habitants de Gaza à exporter pour commercialiser des produits en Israël, Cisjordanie ou Jordanie.
  • Officiellement Israël autorise l’exportation des produits non agricoles de Gaza vers l’étranger, comme les meubles et les textiles, mais l’exportation vers l’étranger n’est simplement pas rentable bénéfique dans le contexte de blocus.
  • En quelques rares occasions au début de 2012, Israël a autorisé des produits palestiniens de Gaza à aller sur les marchés de Jordanie, d’Arabie Saoudite et, lors d’une occasion spéciale, de Cisjordanie. Tous ces produits ont été exportés via Israël.
  • Le COGAT est chargé de mettre en place l’interdiction des ventes de produits similaires en Israël et en Cisjordanie, malgré le fait que, dans tous les cas, ils sont expédiés via Israël. Avant que cette interdiction ne soit imposée en 2007, la plus grande partie des produits de Gaza étaient vendus en Israël et en Cisjordanie.
  • Commercialiser un produit palestinien jusqu’en Europe est évidemment coûteux, à tel point que ce n’est pas rentable. En d’autres mots, l’exportation depuis Gaza n’est pas le fruit d’une économie qui fonctionne, mais plutôt le résultat d’un projet d’aide humanitaire.

http://www.spg.org.il/loader_eng.html

4.Israël

Les chiffres diffèrent d’une source à l’autre mais l’importation est toujours sensiblement supérieure à l’exportation.
Historiquement, depuis 1959, la moyenne des exportations israéliennes est de 1214,05 millions USD par an. Les principales exportations sont : machines et matériel, logiciels, diamants, produits agricoles, produits chimiques, textiles et vêtements. Les principaux partenaires à l’exportation sont les États-Unis, l’Union européenne, l’Inde et la Turquie.

Économie
PIB $217 milliards de $ (28 500 $ per capita)
Exportations, biens et services $58,4 milliards de $
Importations, biens et services $59,2 milliards de $

Industrie
L’industrie israélienne se concentre sur la fabrication de produits à haute valeur ajoutée basés essentiellement sur les innovations technologiques en électronique médicale, agro technologie, télécommunications, logiciels et matériels pour ordinateurs, énergie solaire, industrie agro-alimentaire et produits chimiques.

Agriculture
L’agriculture représente aujourd’hui près de 2,4 % du PNB et 2 % des exportations. Israël assure 93 % de ses besoins alimentaires ; ses importations - blé, graines oléagineuses, viande, café, cacao et sucre - sont largement compensées par la vaste gamme de produits agricoles exportés.

Commerce extérieur
Israël entretient des relations commerciales avec des pays situés sur les cinq continents. Environ 48 % de ses importations proviennent d’Europe, qui absorbe 32 % des exportations israéliennes grâce à l’accord de libre-échange signé en 1975 avec l’Union européenne. Un accord de même nature a été conclu avec les États-Unis vers lesquels Israël oriente 35 % de ses exportations et d’où proviennent 12 % de ses importations.

A lire : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/03/12/les-restrictions-d-israel-sapent-l-economie-palestinienne_1846395_3218.html



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

21 septembre 2017 Table-ronde : La Palestine après Balfour campagne 2017 Histoire/analyse politique

21 septembre 2017 VIDEO : « Le démantèlement de l’apartheid israélien est le chemin vers la paix » par Richard Falk Analyses politiques et géopolitiques Diplomatie et droit international

21 septembre 2017 Salah Hamouri, détenu en Israël, se heurte au silence de la France Prisonniers palestiniens Détention administrative


> Toutes les publications