Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Retour sur la rencontre « Quels engagements des croyants pour la justice et la paix en Israël Palestine ? »

3 mars 2015 - Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne, extrait de la Lettre n°43, février 2015

À l’occasion de la 14e édition de la SERIC ̶ Semaine de Rencontres Islamo Chrétiennes ̶ , les ateliers Israël Palestine du GAIC ̶ Groupe d’Amitié Islamo Chrétienne – et du réseau Chrétiens de la Méditerranée ont invité à une rencontre débat sur le thème : « Quels engagements des croyants pour la justice et la paix en Israël Palestine ? », le 17 novembre, à la paroisse Saint Ambroise, Paris 11e. La rencontre a réuni plus de 130 personnes chrétiennes, juives et musulmanes. Une attention soutenue a accompagné les interventions et le débat. Elle s’est conclue par un concert de la chorale de la Miséricorde du GAIC qui avait choisi pour l’occasion des chants des trois traditions.
9
La rencontre était particulièrement importante du fait de la présence d’intervenants des trois religions abrahamiques, avec Mgr Michel Dubost, responsable des relations interreligieuses pour la Conférence des Evêques de France, pasteure Martine Millet pour la Fédération Protestante de France et SABEEL France, Jean-Jacques Pierre Joseph, responsable UOIF de la direction de la formation des Imams de l’Institut Européen des Sciences Humaines de Château-Chinon, Yeshaya Dalsace, rabbin de la communauté Massorti de Paris Est, Ghaleb Ben Cheikh, président de Religions pour la Paix, Mustapha Cherif et père Michel Lelong, coprésidents fondateurs du GAIC*.
La rencontre répondait à un enjeu fondamental. Nos religions ne peuvent se désintéresser de la guerre et de la paix et en particulier, pour les trois religions abrahamiques, en Israël Palestine. Si Nos communautés respectives ne peuvent s’en désintéresser, alors la rencontre et les échanges entre elles doivent pouvoir s’y intéresser aussi. Un meilleur vivre ensemble ne peut advenir que dans un dialogue de vérité soutenu par l’espérance de la justice et de la paix. Et, alors que les extrémismes religieux donnent à penser que les religions sont facteurs de guerre, il est d’autant plus utile de montrer qu’une parole de vérité, exprimée à partir de la sensibilité de chacun, peut s’extérioriser dans les bons canaux du dialogue, en respect de la part de l’autre. Enfin, alors même que le conflit et sa résolution sont avant tout de nature politique, et non de nature religieuse, la part du religieux est bien là, et surtout son instrumentalisation. Pour tout cela, les responsables religieux ont une parole de justice et de paix à prononcer ensemble.
* Les interventions sont à consulter sur les sites du GAIC, fenêtre Atelier Israël Palestine, et de la SERIC, comptes rendus 2014.
Myriam Bouregba
Pour l’Atelier Israël Palestine du GAIC


Images à télécharger - Sans titre

Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

13 décembre 2018 Quand le prix des Droits de l’Homme de la République française dérange les autorités de la République Défenseur.e des droits de l’Homme Diplomatie et droit international Politique française

12 décembre 2018 “Requiem pour Gaza” Bande de Gaza Culture / art Solidarité internationale

10 décembre 2018 Appel à action : le Conseil européen doit rejeter la « définition IHRA » de l’antisémitisme ! Criminalisation Liberté d’expression Politique française UE/Israël


> Toutes les publications