Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Rencontre AFPS-​​EELV : Communiqué commun

7 avril 2014 - AFPS - EELV, vendredi 4 avril 2014

Une ren­contre a eu lieu ven­dredi 4 avril entre Emma­nuelle Cosse secré­taire nationale d’Europe Ecologie-​​Les Verts (EELV) et Taoufiq Tahani, pré­sident de l’Association France Palestine soli­darité (AFPS) au siège d’EELV. Étaient éga­lement pré­sents : Fran­çoise Ala­martine, res­pon­sable de la com­mission trans­na­tionale (EELV), Jean-​​Paul Roche, vice-​​président de l’AFPS et Mathilde Caroly, membre du bureau national et tré­so­rière de l’AFPS.

La ren­contre qui s’est déroulée dans un climat de grande confiance a permis de constater une forte conver­gence dans l’analyse de la situation.

Les deux orga­ni­sa­tions par­tagent la même appré­ciation de la situation sur le terrain. Nous consi­dérons que

- L’occupation de la Cis­jor­danie par l’armée israé­lienne, la répression des mani­fes­ta­tions paci­fiques des Pales­ti­niens, les arres­ta­tions arbitraires,

- La pour­suite de la colo­ni­sation, tant dans la zone C de Cis­jor­danie qu’à Jéru­salem Est, pour empêcher la création de l’État palestinien,

- Le blocus de Gaza appliqué par l’État d’Israël depuis 7 ans et qui place 1.7 million de Pales­ti­niens dans une situation huma­ni­taire insup­por­table, rompant les liens entre Gaza et la Cis­jor­danie pour empêcher la création d’un État pales­tinien sur les fron­tières d’avant 1967, en vio­lation du droit inter­na­tional, sont autant d’obstacles majeurs à tout réel pro­cessus de paix.

La poli­tique de colo­ni­sation israé­lienne a des effets extrê­mement graves sur l’environnement et les res­sources natu­relles. C’est ainsi que, par exemple, l’agro-industrie israé­lienne a détruit de nom­breuses terres dédiées à l’agriculture fami­liale en Cis­jor­danie. Dans le même contexte, les res­sources en eau, situées sur des terres pales­ti­niennes et placées sous contrôle mili­taire, sont très inéga­lement dis­tri­buées ; il en résulte que tant à Gaza qu’en Cis­jor­danie, cela conduit à un déficit d’eau potable créant un pro­blème sani­taire grave. Dans la Vallée du Jourdain, l’exploitation intensive de la nappe aquifère par Israël est en train de conduire à une dimi­nution irré­ver­sible de la res­source située sur les terres des Pales­ti­niens. Les des­truc­tions de l’environnement, que ce soit en Palestine ou ailleurs sont un moyen de contrôle et de domi­nation des popu­la­tions civiles.

Cette situation est connue de tous, et dénoncée par une grande majorité de pays, à l’Assemblée générale de l’ONU, dans les comités spé­cia­lisés, et dans nombre d’autres ins­tances inter­na­tio­nales et de la société civile. Elle a des consé­quences dra­ma­tiques et inac­cep­tables sur les Pales­ti­niens des ter­ri­toires occupés sur les plans poli­tique, éco­no­mique et social comme en termes d’environnement et de santé.

Le gou­ver­nement israélien actuel jouit d’une impunité sans limite qu’il com­prend comme un encou­ra­gement à pour­suivre sa poli­tique néfaste pour les deux peuples, pales­tinien et israélien.

S’agissant de l’Union euro­péenne, si les « lignes direc­trices » consti­tuent un premier pas important dans l’affirmation du droit, nous sommes encore loin du compte. Il est temps de tra­duire en actes l’opposition à la poli­tique de colo­ni­sation menée par le gou­ver­nement israélien et d’appliquer des sanc­tions contre Israël tant que celui-​​ci continue d’ignorer le droit. Les gou­ver­ne­ments de l’Union euro­péenne ne peuvent continuer à se défausser sur les négo­cia­tions bila­té­rales entre Israé­liens et Pales­ti­niens qui ne peuvent déboucher hors d’un cadre mul­ti­la­téral fondé sur le droit international.

La France de son côté peut et doit agir. En cette année de soli­darité mon­diale avec le peuple pales­tinien à l’initiative de l’ONU, le rôle de la France doit être déter­minant pour ouvrir la voie d’une paix juste et durable.

Elle doit s’y engager avec :

1-​​ La recon­nais­sance pleine et entière de l’État de Palestine, dans le pro­lon­gement de ses votes pour l’admission à l’Unesco et l’AG de l’ONU, un soutien sans faille devant être apporté aux demandes d’adhésion de la Palestine aux ins­tances inter­na­tio­nales aux­quelles elle candidate ;

2-​​ L’interdiction sur le ter­ri­toire français des pro­duits des colonies israéliennes ;

3-​​ La recom­man­dation explicite aux entre­prises fran­çaises de ne pas engager de rela­tions d’affaires avec toute entre­prise ou col­lec­tivité israé­lienne qui par­ticipe, direc­tement ou indi­rec­tement, à la colonisation ;

4-​​ Le retrait des cir­cu­laires du ministère de la Justice de février 2010 et mai 2012 (dites cir­cu­laires Alliot-​​Marie et Mercier), sup­ports des pour­suites menées aujourd’hui contre les mili­tants français pour leur par­ti­ci­pation au boycott citoyen.

L’AFPS comme EELV entendent conjuguer leurs efforts pour la libé­ration de Marwan Bar­ghouthi et de tous les pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens actuel­lement détenus en Israël en vio­lation des Conven­tions de Genève. Elles condamnent le chantage per­manent utilisé par Israël et ses renie­ments suc­cessifs pour ne pas libérer les pri­son­niers palestiniens.

Nos orga­ni­sa­tions conju­gueront leurs efforts pour popu­la­riser et porter ces exi­gences poli­tiques de justice et de paix qui ren­contrent d’ores et déjà un large soutien dans l’opinion française.

Source : http://www.france-palestine.org/Rencontre-AFPS-EELV-Communique



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

17 juillet 2017 Khalida Jarrar et Khitam Saafin en détention administrative Prisonniers palestiniens Détention administrative

13 juillet 2017 PETITION : Interdisez l’importation des produits issus des colonies israeliennes Colonisation Politique française Produits des colonies

13 juillet 2017 Comment l’occupation a fini d’imposer la mentalité coloniale à la société israélienne Occupation Colonisation


> Toutes les publications