Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Problématique de l’eau en Israël-Palestine

16 mai 2012

La question de l’eau en Israël-Palestine est d’une grande complexité pour deux raisons :

- d’une part, ces territoires, situés aux marges des climats méditerranéens et désertiques, ont des ressources très faibles, le déficit en eau y est chronique : Israël et Palestine (ainsi que la Jordanie voisine) sont parmi les 15 pays au monde les moins bien pourvus en eau. Les presque 12 millions d’habitants d’Israël-Palestine ne disposent en moyenne chaque année que d’un peu plus de 2 milliards de m3 d’eau, soit à peine 200 m3 par habitant et par an ; or, selon la FAO, en dessous de 1000 m3/hab/an, un pays est en situation de pénurie : Israël et Palestine sont donc en situation de pénurie très grave. De ce fait, la totalité des ressources en eau (souterraines et de surface) est aujourd’hui exploitée et même surexploitée : les prélèvements annuels sont plus importants que l’apport des précipitations, ce qui entraine une salinisation des aquifères souterrains, ainsi que parfois des eaux de surface, notamment celles du lac de Tibériade.

- la répartition entre Israéliens et Palestiniens est extrêmement inégale, les premiers contrôlent l’ensemble des ressources en eau (aussi bien souterraines que de surface) et ne laissent aux seconds que des quantités marginales. En moyenne annuelle, chaque Israélien disposait en 2008 (tous secteurs confondus : agriculture, industrie, consommation domestique) de 282 m3 (nettement plus dans les colonies) et chaque Palestinien de 79 m3, soit 3 fois et demi moins. De ce fait, les Palestiniens utilisent la majorité de l’eau qui leur est laissée par Israël pour satisfaire leurs besoins domestiques et ne peuvent irriguer qu’une toute petite partie de leurs terres agricoles (10 000 hectares en Cisjordanie, soit 6% des superficies cultivées, à peine plus à Gaza). Inversement, Israël irrigue près de 200 000 hectares, soit 40% de la superficie cultivée et 60% dans les colonies).

En ce qui concerne l’assainissement, la situation en Palestine est tout aussi dramatique : les stations d’épuration des eaux usées sont peu nombreuses, aussi bien en Cisjordanie qu’à Gaza (ou plusieurs ont été détruites lors de l’agression israélienne de 2008-2009) et Israël n’autorise que très rarement l’importation des matériels nécessaires à la réparation ou à la construction des stations d’épuration.



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

16 novembre 2017 Lettre de Salah Hamouri Prisonniers palestiniens Détention administrative

13 novembre 2017 Gentilly : 8 heures de solidarité avec la Palestine Solidarité internationale Bande de Gaza Réfugiés palestiniens

11 novembre 2017 VIDEO : B’Tselem, une ONG israélienne pour la justice en Palestine campagne 2017 Défenseur des droits de l’Homme Société civile Société israélienne/refuzniks


> Toutes les publications