Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Point presse MAE - 07/01/09

8 janvier 2009

POINT DE PRESSE DU 7 JANVIER 2009

2 - GAZA

(Est-ce que la France est prête à participer à une mission d’observation à la frontière entre Gaza et Egypte ? Si oui, dans quelle dimension ?)

Oui. Comme vous le savez, l’Union européenne et la France ont marqué à plusieurs reprises leur disponibilité à participer à tout effort en vue de mettre en place des mécanismes internationaux de supervision des points de passage.

Dès 2005, l’Union européenne a joué un rôle à la frontière entre l’Egypte et Gaza dans le cadre de l’accord sur le mouvement et l’accès conclu par l’Autorité palestinienne, Israël et l’Egypte, sous l’égide des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Elle a rappelé le 30 décembre, lors de la réunion ministérielle informelle organisée par le ministre, qu’elle était disposée à reprendre sa mission à Rafah (EUBAM) et, au besoin, à l’étendre aux autres points de passage si la sécurité était assurée. La France participe à cette mission dont elle assure en ce moment le commandement.

Le président Moubarak, après son entretien avec le président de la République, s’est engagé hier à travailler aux arrangements et garanties susceptibles d’éviter la répétition de l’escalade actuelle et de régler les causes d’une telle escalade, y compris la sécurisation des frontières, ce qui garantira la réouverture des points de passage et la levée du blocus.

Dans ce cadre, naturellement, la France est disposée à apporter son concours, selon des modalités qui dépendront de l’accord auquel parviendront l’Egypte, Israël et l’Autorité palestinienne.

(Comment qualifiez-vous l’attaque israélienne contre les écoles de l’UNRWA hier ? L’agence onusienne demande l’ouverture d’une enquête impartiale, appuyiez- vous cette demande ? Selon la loi internationale et humanitaire, est-ce qu’Israël est autorisé à ouvrir le feu sur des écoles ou d’autres bâtiments onusiens à Gaza ? Il y a eu trois attaques hier, dont une qui a provoqué 40 morts, et ceci malgré la communication par l’ONU des coordonnées GPS de ces institutions à Gaza à l’état-major israélien. Est-ce que cela permet à Tsahal de bombarder le site ou ses environs ? La présence de militants de Hamas dans l’école n’a pas été confirmée, pensez-vous alors qu’il faille d’une enquête internationale sur ces actions israéliennes ? Etant donné qu’Israël et l’Occident qualifient le Hamas de « terroriste, » on n’attend sans doute pas de cette organisation le même respect des règles de guerre qu’une grande « démocratie » comme Israël, pensez-vous qu’il y a un manquement d’égalité dans le traitement des actions par les deux parties, Hamas n’étant pas reconnu et Israël étant reconnue par la majorité de la communauté internationale ?)

Nous avons appris hier avec consternation le bombardement d’écoles de l’UNRWA à Gaza, dont l’un a causé la mort de plusieurs dizaines de civils et de nombreux blessés, dont des femmes et des enfants, qui étaient venus s’y réfugier pour fuir les combats.

Cette tragédie s’ajoute aux autres drames dont sont victimes les civils dans ce conflit et souligne l’urgence absolue d’un cessez-le-feu.

S’agissant de l’ouverture d’une enquête, si les Nations unies le souhaitent nous sommes prêts à soutenir cette proposition.

La France demande aux parties que soient respectés le droit international humanitaire et l’intégrité des personnels et bâtiments des Nations unies et des autres organisations internationales.

Les conditions de vie des populations civiles à Gaza s’aggravent. Il est impératif d’améliorer la situation humanitaire à Gaza.

(Quel est le statut des discussions à New York entre Bernard Kouchner et les autres membres du Conseil de sécurité des Nations unies au sujet de Gaza ? Est-ce que la France souhaite toujours présenter une résolution devant le Conseil, ou va-t-on « déclasser » les pourparlers en déclaration présidentielle ? Est-ce que la France maintient qu’une résolution va « compliquer » la situation et si oui, pourquoi ?)

Bernard Kouchner a présidé hier soir à New York la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui visait à trouver des solutions pour permettre un arrêt immédiat des violences, l’accès humanitaire à Gaza et ouvrir la voie à un cessez-le-feu durable.

La présence à cette réunion, présidée par le ministre français des Affaires étrangères et européennes, du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ainsi que de nombreux ministres - des Etats-unis, d’Europe et de la région - démontre la mobilisation de la communauté internationale.

Une nouvelle réunion du Conseil de sécurité présidée par Bernard Kouchner doit avoir lieu aujourd’hui.

Nous mettons tout en oeuvre pour capitaliser sur les positions convergentes exprimées lors des premières discussions d’hier et parvenir à un accord sur une réaction officielle du Conseil.

L’initiative égyptienne proposée par le président Moubarak dans le cadre de la médiation française au Proche Orient constitue un élément fondamental dans les discussions.

(Est-ce que les diplomates français et européens sont autorisés à entrer dans la bande de Gaza ?)

A ce stade, les diplomates français n’ont pas encore pu entrer dans Gaza.

Comme nous l’avons fait à plusieurs reprises, nous continuons de demander la réouverture des points de passage et le libre accès des organisations internationales et humanitaires, des diplomates et des journalistes à Gaza.

(Est-ce que le « corridor humanitaire » permis par Israël sera quelque chose d’unilatéral par ce pays-ci ou sera t-il un début d’une éventuelle application du plan dit « franco-égyptien » ?)

La décision israélienne d’ouvrir un corridor humanitaire est bienvenue. C’est un premier pas positif, qui doit être mis en oeuvre immédiatement. Bien entendu, il importe que l’aide soit bien acheminée à l’intérieur du territoire palestinien, mais également et surtout qu’elle parvienne directement à toutes les victimes et à toutes les personnes qui en ont besoin.

L’initiative égyptienne encouragée par la médiation française comprend, dans un premier volet, un appel à une cessation des hostilités pour permettre l’acheminement de toute l’aide nécessaire aux populations civiles. Ce premier volet doit être renforcé par d’autres mesures et aboutir sans délai à une véritable cessation des combats pour permettre une réelle amélioration de la situation humanitaire à Gaza.

3 - RESSORTISSANTS FRANCAIS A GAZA
(Est-ce que vous confirmez qu’un bus du CICR avec des ressortissants français a dû rebrousser chemin à cause de tirs de roquettes ? Combien de Français et Franco-Palestiniens se trouvent toujours piégés à Gaza ?)

D’après nos informations, un bus du CICR transportant des ressortissants étrangers vers Erez a effectivement rebroussé chemin avant-hier lundi pour des raisons de sécurité. Aucun ressortissant ayant la nationalité française ne se trouvait dans ce convoi.

Il y a actuellement, à notre connaissance, 34 ressortissants français dans la bande de Gaza. Nous poursuivons nos efforts, en liaison avec les autorités israéliennes, pour que ceux qui le souhaitent puissent quitter Gaza, en toute sécurité.

4 - UNION EUROPEENNE / ISRAEL
(Une fédération d’organisations humanitaires ont réclamé la suspension du « rehaussement » des relations Union européenne - Israël. Y êtes-vous favorable ?)

La décision du Conseil de l’Union européenne du 8 décembre d’adopter des lignes directrices pour rehausser la relation Union européenne - Israël prévoit une intensification du dialogue politique entre l’Union européenne et Israël qui nous permet de renforcer notre rôle politique concernant le processus de paix et d’exprimer à haut niveau, comme c’est le cas dans le contexte actuel, nos préoccupations aux autorités israéliennes.

Je vous rappelle que l’Union européenne a dans le même temps décidé d’approfondir ses relations avec l’Autorité palestinienne.



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

21 juillet 2021 L’AFPS à l’université d’été des mouvements sociaux et des solidarités / Nantes 2021 Education

12 juillet 2021 Hommage à Suha Jarrar Défenseur.e des droits de l’Homme

12 juillet 2021 Liberté pour Khalida Jarrar ! Prisonniers palestiniens


> Toutes les publications