Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Les paradoxes d’une guerre complexe : Gaza 2014

8 juillet 2015 - Jean-François Legrain, IREMAM, 07/07/2015

Jean-François Legrain, historien chercheur au CNRS et à l’IREMAM, propose un décryptage de la guerre menée par Israël à Gaza il y a un an. Il soutient que, contrairement aux observations communes, la guerre de 2014 diffère des précédentes ; elle est davantage complexe et paradoxale. Ci-dessous un résumé de l’article.



Une historiographie raisonnée de la plus récente des guerres menées par Israël contre la Bande de Gaza nécessite d’interroger son bornage dans le temps comme l’identité et le rôle de ses acteurs. Loin d’être un acte d’autodéfense, elle constitue une guerre offensive menée par Israël, réponse tout politique aux initiatives diplomatiques palestiniennes du printemps 2014 et aux ouvertures de la communauté internationale alors manifestée vis-à-vis de la « réconciliation » palestinienne. À la différence du passé, l’Égypte en a constitué un véritable acteur. Faute de pouvoir raisonnablement envisager la destruction du Hamas à travers les moyens militaires israéliens, le maréchal al-Sissi s’est résolu à gérer la négociation du cessez-le-feu de façon à offrir à Israël toute latitude pour faire durer son intervention et occasionner le maximum de pertes à son ennemi assimilé à ses propres Frères musulmans. Ces dix dernières années, le gouvernement israélien avait fait de la disjonction entre Gaza et la Cisjordanie l’un des axes de sa politique de refus de la prise en compte des droits nationaux palestiniens. Paradoxalement, en entrant dans la logique égyptienne visant à réintroduire le Fatah et la présidence palestinienne dans le jeu gazaoui, il l’abandonne sans s’en justifier. Un an après les événements, cependant, force est de constater que l’Égypte a échoué. Des logiques propres aux divisions de la scène politique palestinienne ont ainsi offert au gouvernement israélien toute latitude pour renouer avec la ligne politique que l’on aurait pu croire abandonnée en août 2014. La montée récente de la menace djihadiste dans le Sinaï et l’engagement du Hamas à la contrer à Gaza font qu’aujourd’hui le Hamas se transforme en ennemi fréquentable à un tel point qu’un accord en bonne et due forme devient envisageable entre Israël et le Hamas.

Pour lire l’article dans sa totalité, consultez le site de l’IREMAM : http://iremam.hypotheses.org/5864#_ftn1


Images à télécharger - Sans titre

Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Bande de Gaza


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

20 septembre 2017 Nouveau matériel ! Palestine/Israël : les instruments pour argumenter campagne 2017 Bande de Gaza Solidarité internationale Jérusalem Réfugiés palestiniens Société israélienne/refuzniks Histoire/analyse politique Analyses politiques et géopolitiques

19 septembre 2017 Expo photo : Ramallah, ville normale... Culture / art

18 septembre 2017 Il y a 35 ans, le massacre de Sabra et Chatila au Liban Réfugiés palestiniens


> Toutes les publications