Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Les condamnations ne suffisent plus !

19 février 2014 - Communiqué de l’AFPS - vendredi 7 février 2014

Les des­truc­tions coor­données de maisons inter­venues depuis le 5 janvier dans quatre quar­tiers pales­ti­niens de Jéru­salem, simul­ta­nément à l’annonce de la construction de plus de 550 loge­ments dans trois colonies encer­clant la ville, sont une nou­velle étape du net­toyage eth­nique mis en œuvre par les auto­rités israé­liennes. Elles consti­tuent une nou­velle et grave vio­lation du droit inter­na­tional qui ne laisse aucun doute sur la volonté de « judaï­sation » de la ville et de spo­liation à grande échelle des pro­priétés pales­ti­niennes. Elles viennent de jeter à la rue des familles entières qui occu­paient leurs loge­ments depuis de nom­breuses années.

A Wadi-​​Fukin, près de Bethléem, village soutenu par nos groupes locaux d’Alsace et de Lor­raine, l’armée israé­lienne est inter­venue pour sac­cager 5 hec­tares de terres agri­coles et déra­ciner 300 oli­viers récemment plantés.

Dans la vallée du Jourdain, le Comité Inter­na­tional de la Croix-​​Rouge (CICR) vient de faire savoir qu’il est contraint d’arrêter la four­niture de tentes aux Pales­ti­niens vic­times de des­truction d’habitations du fait des confis­ca­tions sys­té­ma­tiques par l’armée des tentes fournies comme abris de secours.

A Aïn Hejleh, tou­jours dans la vallée du Jourdain, les mili­tants de la résis­tance popu­laire qui recons­trui­saient le village depuis une semaine, dans la lignée de Bab el Shams, viennent d’être évacués avec bru­talité, malgré la pré­sence de jeunes enfants, par plu­sieurs cen­taines de soldats de l’armée d’occupation.

Une nouvelle fois, bien sûr, la France a condamné ou s’apprête à le faire…

Mais les seules condam­na­tions ver­bales ne sont d’aucun effet sur les auto­rités israé­liennes. Elles n’ont de sens que si elles s’accompagnent de mesures concrètes. Le Royaume-​​Uni, les Pays-​​Bas, le Danemark, l’Allemagne même, ont mis en garde leurs entre­prises contre les inves­tis­se­ments au-​​delà de la ligne verte. La France peut-​​elle continuer à ne rien faire alors qu’elle rap­pelle volon­tiers l’importance de la zone C pour la via­bilité éco­no­mique et poli­tique de l’Etat palestinien ?

Elle a les moyens d’agir vite. Elle doit, sans plus attendre, interdire l’entrée sur le marché français des pro­duits issus des colonies israé­liennes. Elle doit faire siennes les lignes direc­trices de l’UE et renoncer clai­rement à toute coopé­ration bila­térale avec des orga­nismes par­ti­cipant à la colo­ni­sation. Faut-​​il lui rap­peler que le rapport du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, adopté le 22 mars dernier à l’unanimité moins une voix, celle des Etats-​​Unis, appelait Israël à cesser la construction des colonies et à en com­mencer l’évacuation ?

Les limites de l’acceptable sont dépassées depuis long­temps. Il est temps de le faire savoir par des actes !

Le Bureau national

Source : http://www.france-palestine.org/Les...



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Colonisation


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

21 septembre 2017 Table-ronde : La Palestine après Balfour campagne 2017 Histoire/analyse politique

21 septembre 2017 VIDEO : « Le démantèlement de l’apartheid israélien est le chemin vers la paix » par Richard Falk Analyses politiques et géopolitiques Diplomatie et droit international

21 septembre 2017 Salah Hamouri, détenu en Israël, se heurte au silence de la France Prisonniers palestiniens Détention administrative


> Toutes les publications