Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

La guerre à Gaza, tout sauf un hasard...

9 juillet 2014 - NADIR DENDOUNE POUR LE COURRIER DE L’ATLAS, mercredi 9 juillet

À qui profite le crime ? Depuis la mort des trois jeunes colons israéliens le mois dernier, les Palestiniens n’en finissent plus de compter leurs morts. Hier, mardi, dans la soirée, des raids de l’armée israélienne sur la bande de Gaza, ont tué douze personnes, en blessant 70 autres. Une opération de grande envergure, baptisée « bordure protectrice », officiellement pour se protéger des roquettes qui tombent actuellement sur Israël, et qui, rappelons-le, n’ont fait aucune victime à ce jour.

L’offensive, la plus violente depuis 2012, commencée lundi, a déjà causé la mort à 29 Palestiniens (dont deux femmes et cinq enfants). Le pire est à craindre. « L’opération que nous avons lancée va s’étendre dans les prochains jours », a prévenu un porte-parole de Tshahal.

Toujours hier, Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien, a rencontré les chefs d’état-major. Une extension des opérations est envisagée, 40 000 réservistes ont été rappelés, certains évoquent même une offensive terrestre. La tension est montée tout le long du mois de juin après l’enlèvement et le meurtre de trois jeunes colons en Cisjordanie, suivi du meurtre en représailles d’un adolescent palestinien de 16 ans, kidnappé, torturé et brûlé à vif par des extrémistes juifs. Ce matin, mercredi, la Jordanie a réclamé l’arrêt de « l’agression barbare » israélienne contre la bande de Gaza en demandant à la communauté internationale d’« intervenir activement ». La veille, la Ligue arabe avait appelé à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies.

Selon Haaretz, le quotidien israélien, le président palestinien, Mahmoud Abbas, a demandé à son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, d’intervenir pour éviter l’escalade de la violence. Il affirme aussi qu’il a parlé aux leaders du Hamas qui seraient « intéressés par un cessez-le-feu ».

Le 24 avril dernier, au lendemain de la signature par le Hamas et l’OLP d’un accord de réconciliation, Benjamin Nethanyahu, avait déclaré qu’« Israël ne négociera pas avec un gouvernement palestinien soutenu par le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d’Israël ». Saeb Erakat, le négociateur en chef palestinien, lui avait répondu : « les Israéliens ont pris comme excuse les divisions entre Palestiniens pour ne pas faire la paix, maintenant ils utilisent la réconciliation comme excuse pour ne pas faire la paix. C’est complètement stupide. » Nethanyahu avait alors ajouté : « le pacte avec le Hamas tue la paix ». La guerre à Gaza paraît être tout sauf un hasard…

Source : http://www.lecourrierdelatlas.com/748709072014La-guerre-a-Gaza-tout-sauf-un-hasard.html


Images à télécharger - Sans titre

Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Bande de Gaza


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

22 novembre 2017 Appel urgent de l’observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme Défenseur des droits de l’Homme

21 novembre 2017 COLLOQUE/ Palestine : l’occupation nuit-elle gravement à la santé ? Bande de Gaza Développement Jérusalem Santé campagne 2017 Liberté de circulation Occupation Diplomatie et droit international

20 novembre 2017 Wesam Ahmad : « les entreprises privées ont une responsabilité dans les territoires occupés » Entreprises et colonies Produits des colonies Droit international Nations unies


> Toutes les publications