Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Inter­vention de l’AFPS lors du ras­sem­blement devant le ministère des affaires étrangères

1er septembre 2014 - AFPS, jeudi 21 août 2014

Nous sommes ras­semblés alors que les bom­bar­de­ments ont repris sur Gaza et qu’on entend déjà cer­tains en faire porter la res­pon­sa­bilité sur les Pales­ti­niens. Hier mardi plus de 70 raids ont été effectués par l’aviation israé­lienne au pré­texte de l’envoi de 3 roquettes sur une zone déser­tique du sud d’Israël. Aujourd’hui la liste des vic­times et des des­truc­tions s’allonge, le chiffre de 2000 morts est dépassé.

Une fois de plus Israël s’arroge le droit d’agir à sa guise en dehors de toutes les règles du droit inter­na­tional et du droit huma­ni­taire. Hier, alors qu’à Gaza les bom­bar­de­ments repre­naient, la femme et le fils de Mohamed Deif, res­pon­sable de la résis­tance armée du Hamas étaient tués dans l’attaque de leur maison, ce matin, à Ramallah, c’est le domicile de Khalida Jarrar, diri­geante du Front popu­laire, qui a été investi et elle s’est vue signifier un « ordre » de dépor­tation à Jéricho !

Alors il est par­fai­tement hors de propos de faire porter la res­pon­sa­bilité de la fin de la trêve sur le Hamas. Hors de propos car aucun Pales­tinien, aucune orga­ni­sation pales­ti­nienne membre ou non de l’OLP, ne peut accepter que se pro­longe le statu quo cri­minel en place depuis plus de 7 ans et sur lequel s’arc-boutent les négo­cia­teurs israé­liens. La levée du blocus et du siège de Gaza, c’est l’exigence unanime de la société pales­ti­nienne. Le tribut payé a été trop lourd. Faut-​​il rap­peler que les bom­bar­de­ments ont fait plus de 2000 morts pales­ti­niens, très majo­ri­tai­rement des civils, dont plus de 430 enfants ou ado­les­cents et des mil­liers de blessés dont un très grand nombre res­teront han­di­capés à vie. Qui pourra jamais chiffrer ce coût humain ? 500 000 per­sonnes ont dû quitter leurs maisons que beaucoup ne retrou­veront pas. Les des­truc­tions ont été d’une ampleur jusque là inconnue et les bom­bar­de­ments d’écoles et d’hôpitaux ont constitué autant de crimes de guerre dont les res­pon­sables devront répondre. Ainsi que l’a clai­rement dit le secré­taire général de l’ONU et comme un certain François Hol­lande l’a concédé du bout des lèvres. Qui pourra vraiment chiffrer les des­truc­tions et dégâts de tous ordres ?

Gaza ne peut accepter d’attendre, assiégé, la pro­chaine attaque, survolé par des drones espions qui à tout moment peuvent porter la mort. Il faut se repré­senter ce qu’est aujourd’hui la vie de la popu­lation à Gaza où après la des­truction de la cen­trale élec­trique où désormais l’eau et l’électricité sont quasi inac­ces­sibles pour une grande partie de la population.

Non Gaza ne peut plus vivre sous blocus. Ni les Pales­ti­niens, ni aucune per­sonne de bonne foi ne peuvent l’accepter.

C’est dire notre indi­gnation devant ce qui se joue en ce moment même à Gaza. En plein cœur de la « trêve estivale », nous avons été là pour la crier. Mais nous sommes là aujourd’hui pour dire que nous ne tenons pas nos gou­ver­nants pour quittes.

La France, comme ses par­te­naires de l’UE, a une lourde res­pon­sa­bilité dans ce qui s’est passé et se joue aujourd’hui dans l’enclave pales­ti­nienne martyre. En épousant sans le moindre recul les thèses israé­liennes dès le début de l’agression, en inversant l’ordre des res­pon­sa­bi­lités entre occupant et occupé, elle donnait un feu vert scan­daleux au gou­ver­nement le plus extré­miste de l’histoire d’Israël et à ses plans d’épuration eth­nique et d’écrasement des Pales­ti­niens. Il aura fallu attendre le 4 août pour que devant la force des réac­tions et de nos mobi­li­sa­tions, le ministre des AE comme le Pré­sident prennent un autre langage et consentent à parler de carnage, tout en restant en réalité proches d’un renvoi dos à dos des deux parties.

Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour dire à nos gou­ver­nants : c’en est assez ! C’est l’impunité dont Israël sait pouvoir béné­ficier quoi qu’il fasse qui l’incite à se com­porter en Etat pré­dateur et agresseur. C’est elle qui constitue un danger majeur pour la paix. Continuer à fermer les yeux, se contenter de condam­na­tions ver­bales qui font sourire les apprentis sor­ciers de Tel Aviv, c’est en réalité leur donner un permis de tuer.

Pour que cesse la tra­gédie de Gaza, l’heure est donc aux sanc­tions, plus urgemment que jamais. Israël ne lèvera pas le blocus de Gaza, ne cessera pas la colo­ni­sation de la Cis­jor­danie et de Jéru­salem sans y être contraint.

La France doit immé­dia­tement cesser toute coopé­ration mili­taire et mettre un embargo total sur les armes à des­ti­nation d’Israël. Elle doit, au nom de la clause de sau­ve­garde de son article 2 sur le respect des droits de l’homme, sus­pendre pour ce qui la concerne l’accord d’association UE-​​Israël. Elle doit faire savoir qu’elle pour­suivra ceux de ses res­sor­tis­sants qui se sont rendus cou­pables de crimes ou de com­plicité de crimes de guerre. Au lieu de les freiner, elle doit appuyer les démarches pales­ti­niennes pour adhérer au statut de Rome et intégrer la CPI. Elle doit rap­peler qu’il n’y aura pas de solution poli­tique sans la libé­ration préa­lable des plus de 6800 pri­son­niers pales­ti­niens incar­cérés en Israël en vio­lation des Conven­tions inter­na­tio­nales. Elle doit cesser de cri­mi­na­liser la soli­darité, spé­cia­lement les actions de boycott citoyen, et abroger la cir­cu­laire Alliot-​​Marie.

C’est cette voix que le Pré­sident de la Répu­blique doit faire entendre à Bruxelles au Conseil euro­péens du 30 août en apportant son soutien effectif au gou­ver­nement d’entente nationale dont l’éclatement est bel et bien le but poli­tique pour­suivi par Neta­nyahou depuis le début. Nous vous appelons à signer et faire signer la pétition au Pré­sident de la Répu­blique pour en finir avec l’impunité d’Israël qui vous est pro­posée par nos mili­tants et que vous trou­verez sur le site de l’AFPS.

Nous le savons, seule notre mobi­li­sation citoyenne pourra amener nos gou­ver­nants à oser choisir clai­rement le chemin du droit et à dire non à l’impunité. C’est dire notre res­pon­sa­bilité : nous ne lâcherons pas !

Paris, le 20 Août 2014

Source : http://www.france-palestine.org/Intervention-de-l-AFPS-lors-du



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Bande de Gaza


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

17 juillet 2018 La Flottille de la liberté pour Gaza 2018 Bande de Gaza Flottille pour Gaza

17 juillet 2018 « Vivre la Palestine » à l’Université d’été solidaire et rebelle des mouvements sociaux et citoyens Solidarité internationale Formation

17 juillet 2018 A Gaza, un cessez-le-feu précaire avant la prochaine fièvre Bande de Gaza


> Toutes les publications