Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Indignation, colère et action politique

6 août 2014 - AFPS - 2 août 2014

Après trois semaines d’agression barbare contre la popu­lation pales­ti­nienne de Gaza, le nombre de vic­times dépasse désormais celui de 2008-​​2009 avec plus de 1500 morts. Le bom­bar­dement délibéré d’hôpitaux et d’écoles où la popu­lation avait trouvé refuge traduit le mépris abject du pouvoir israélien pour le droit huma­ni­taire et les droits élé­men­taires de la per­sonne, conduisant Navi Pillay, la haute-​​commissaire de l’ONU aux droits humains, à déclarer : « Aucune de ces attaques n’est acci­den­telle. Elles semblent un acte de défi délibéré vis à vis des obli­ga­tions résultant du droit inter­na­tional ». Ban Ki Moon lui aussi n’a pu cacher sa colère en déclarant : « C’est une honte. Et cela demande que des comptes soient rendus ».

Des comptes, les res­pon­sables de la poli­tique étrangère fran­çaise, toutes choses égales par ailleurs, devront eux aussi en rendre. A au moins trois reprises aux pre­miers jours de l’agression, le Pré­sident de la Répu­blique a fait sienne la position israé­lienne, inversant de façon stu­pé­fiante les rôles de l’agresseur et de l’agressé, de l’occupant et de l’occupé. Le rétro­pé­dalage partiel et gêné auquel il a dû ensuite se livrer devant la vigueur des réac­tions de l’opinion et au sein même de sa famille poli­tique ne suffit pas à forger une poli­tique. Ni à réparer les consé­quences désas­treuses pour une France si prompte à se pré­senter comme la patrie des droits de l’homme, alors qu’elle s’est hon­teu­sement réfugiée dans l’abstention au Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur l’établissement d’une com­mission d’enquête inter­na­tionale sur les crimes de guerre. Qui peut sérieu­sement croire que l’octroi d’une aide huma­ni­taire, si néces­saire soit-​​elle, puisse tenir lieu d’action politique ?

Ce dont ont besoin en priorité les Pales­ti­niens, c’est d’une inter­vention ferme de la com­mu­nauté inter­na­tionale pour sanc­tionner un Etat qui érige la vio­lation du droit inter­na­tional et huma­ni­taire en principe d’action.

Disons le clai­rement : notre mobi­li­sation en France exprime notre indi­gnation et notre colère contre les crimes de guerre per­pétrés en toute impunité à Gaza. Mais au-​​delà de cette indi­gnation et de cette colère, l’objectif de notre mobi­li­sation est bien de rendre inte­nable la pusil­la­nimité de nos gou­ver­nants et de les amener à en revenir au droit et à s’engager enfin sur la voie des sanc­tions contre les bel­li­cistes cri­minels de Tel Aviv.

Source : http://www.france-palestine.org/Indignation-colere-et-action



Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Bande de Gaza Diplomatie et droit international


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

19 janvier 2018 COLLOQUE : A-t-on le droit de contester la politique israélienne ? Société (Palestine/Israel) En Israël, Palestiniens et anticolonialistes droit au BDS Liberté d’expression Défenseur.e des droits de l’Homme Résistance non-violente

17 janvier 2018 Formation « Vivre la Palestine » à Bordeaux Solidarité internationale Education Formation

16 janvier 2018 Conférence « La question de Palestine après l’élection de Trump »


> Toutes les publications