Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

ISRAEL

16 septembre 2011

POSITION OFFICIELLE

  • Benjamin Netanyahu, discours devant l’Assemblée générale
    « Israël accueille l’appel du Quartette pour des négociations directes entre les parties sans préconditions ». Pour en savoir plus.
  • Benjamin Netanyahu, discours devant l’Assemblée générale
    Nous demandons aux Palestiniens de faire en fin de compte ce qu’ils ont refusé de faire il y a 62 ans : dire oui à un Etat juif. De la même façon que nous sommes invités à reconnaître un Etat pour le peuple palestinien, les Palestiniens doivent être invités à reconnaitre un Etat pour le peuple juif. Les Palestiniens devraient avoir tous les pouvoirs pour se gouverner eux-mêmes à l’exception de ceux qui pourraient mettre Israël en danger. C’est pour cela qu’un Etat palestinien doit être effectivement démilitarisé. Nous ne voulons pas d’un autre Gaza, d’une autre base de la terreur, soutenue par l’Iran.
    Pour en savoir plus.
  • Yigal Palmor - porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.
    « Il s’agit d’une fausse bonne idée car il est impossible de brûler les étapes en accordant un Etat aux Palestiniens quelle que soit son appellation. Un Etat palestinien ne peut résulter que d’un accord avec Israël, on ne peut pas mettre la charrue avant les boeufs ». Pour en savoir plus.
  • Benjamin Netanyahou, suite au discours de Barack Obama
    Je veux vous remercier M le président d’être aux côtés d’Israël et d’agir pour la paix par des négociations directes. Pour en savoir plus.
  • Avigdor Lieberman
    Je félicite le Président Obama et je suis prêts à signer son discours des deux mains. Pour en savoir plus.
  • Danny Ayalon, ministre des Affaires étrangères.
    Une future assistance et coopération sera sévèrement et durablement compromise si la direction palestinienne continue sur sa lancée, qui est essentiellement d’agir en contradiction avec tous les accords signés qui régulent aussi les relations économiques existantes entre Israël et l’Autorité palestinienne. Pour en savoir plus.
  • Benyamin Netanyahu
    « La paix se fait à travers des négociations directes entre les deux parties et non à travers un diktat international. J’appelle donc dès maintenant le président de l’Autorité palestinienne à se rendre à des négociations directes, sans conditions préalables et de les poursuivre jusqu’à leur finalisation ». Pour en savoir plus.

POSITIONS DE LA SOCIETE CIVILE

  • Menachem Klein, Professeur de sciences politiques, ancien conseiller du ministre des affaires étrangère Shlomo Ben ami et du premier ministre Ehoud Barak
    « Une galaxie sépare l’OLP d’Israël. Et Obama, mû par la seule recherche de gains politiques à très court terme, est devenu un satellite du cosmos israélien ». Pour en savoir plus.
  • Yediot Aharonot (quotidien israélien
    « Ce discours a suscité une grande joie au sein de la délégation israélienne à l’ONU et il faut dire que cette joie est justifiée. Obama a fait siens tous les arguments israéliens contre l’adhésion d’un Etat palestinien à l’ONU, et a aussi adopté le ’récit narratif’ d’Israël, un petit peuple menacé dans son existence par ses voisins (...) qui porte les souffrances de milliers d’années d’exil et de la Shoah ». Pour en savoir plus.
  • Avi Shlaim, professeur de relations internationales
    « La demande de reconnaissance ne changera rien sur le terrain mais sera influente dans l’arène internationale. Elle changera les termes du débat et fera penceher la balance contre Israel et en faveur des Palestiniens. C’est principalement un acte symbolique. » Pour en savoir plus.
  • Hassan Jabareen, directeur général de l’ONG Adalah (défense des droits des Palestiniens d’Israel)
    « La demande de reconnaissance de l’Etat sera considéré au niveau international comme un geste embarrassant dans l’histoire du mouvement national palestinien. La question n’est pas de savoir si je suis pour ou contre mais mon analyse juridique est que l’OLP n’a pas prévu les différents scénarios légaux ni les conséquences ».Pour en savoir plus.
  • Gideon Levy, journaliste Haaretz
    « Qu’allons nous à dire au monde la semaine prochaine à l’ONU ? La vérité va apparaître : Israël ne veut pas d’un État palestinien. Mais les responsables israéliens n’ont aucun argument contre l’établissement et la reconnaissance internationale d’un tel État et ne peuvent démontrer que les Palestiniens ne méritent pas d’avoir leur propre État. Même le meilleur orateur ne sera pas capable (…) d’expliquer la logique israélienne ». Pour en savoir plus.
  • Michel Warschawski – Alternative Information Center
    « Quelle sera la destinée de l’Organisation de Libération de la Palestine, qui, jusqu’à maintenant, était reconnue par la communauté internationale comme l’unique représentante du peuple palestinien et représentait officiellement les Palestiniens dans les organismes de l’ONU ? Remplacer l’OLP par un Etat de Palestine virtuel n’est pas un progrès, mais rejoint un vieux rêve israélien : remplacer la nation palestinienne par la population de Cisjordanie et de Gaza et l’OLP par une direction locale. Jusque récemment, un tel objectif était clairement rejeté par l’ensemble du peuple palestinien, qui se revendique non pas comme une « population occupée », mais comme une nation, possédant un droit inaliénable à l’autodétermination ». Pour en savoir plus.
  • Comité israélien contre les destructions de maisons (ICAHD)
    « Nous aurions soutenu l’initiative de septembre comme une étape dans la réalisation de l’ensemble des droits nationaux palestiniens, mais pour nos partenaires palestiniens la reconnaissance d’un Etat palestinien selon les frontières de 1967 va hypothéquer ces droits, et étant donné l’importance des critiques sur cette initiative, ICAHD en fait ne « bougera pas ».Pour en savoir plus.
  • Association pour les libertés publiques en Israël (ACRI)
    « Si la Palestine est reconnue en tant qu’Etat, cela ouvrirait la voie pour devenir membre de conventions et cours internationales. Ce qui donnerait à la Palestine de nouveaux outils pour faire appliquer les droits des Palestiniens. De même la reconnaissance de l’Etat palestinien renforcerait l’obligations des autorités de respecter les droits de l’Homme ». Pour en savoir plus.
  • Avraham Burg, membre de l’organisation pacifiste Sheikh Jarrah Solidarity Movement, ex-directeur de l’Agence juive et président de la Knesset de 1999 à 2003
    « Le processus de paix a presque vingt ans. Dans son ombre, c’est toute une génération d’Israéliens et de Palestiniens qui ont grandi et perdu leur innocence. La plupart ne croient plus que ce processus débouchera sur un avenir meilleur. La stratégie palestinienne, qui conjugue construction de structures étatiques et souhait de reconnaissance par les Nations unies, ne peut pas se substituer à l’espoir de paix, mais elle est à l’image de ce nouvel esprit qui souffle sur tout le Moyen-Orient. C’est ce nouvel esprit, ce sont ces transformations qui permettront au long processus de paix d’atteindre enfin son but. Un Etat palestinien sera créé. Ce n’est qu’en le reconnaissant, en œuvrant à son acceptation au sein de la famille des nations, que nous nous rapprocherons de ce jour où deux Etats souverains se partageront dans la paix et la prospérité cette étroite bande de terre entre Jourdain et Méditerranée  ». Pour en savoir plus.
  • Michael Sfard, avocat, conseiller juridique de Yesh Din, organisation de défense des droits de l’Homme.
    « L’importance de l’adhésion d’un Etat palestinien à l’ONU, c’est que, pour la première fois, ce seront les Palestiniens qui décideront du cadre juridique international ayant force obligatoire sur leur territoire. Après plus de 40 ans dans le désert de l’occupation, les Palestiniens auront la possibilité d’influencer leur destin par des moyens légaux ». Pour en savoir plus.
  • Akiva Eldar – Journaliste Haaretz
    « Le texte du projet de résolution, que la direction du Fatah a établie, a pour but de permettre aux pays considérés comme « problématique », comme l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la République tchèque, de prendre le train en marche ou tout au moins de s’abstenir ». Pour en savoir plus.


Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton PDF Bouton imprimer

Rechercher par thématique
Nations unies


Articles associés

Campagne en cours


Dernières publications

26 mai 2020 La terre, racine du roman national israélien Réfugiés palestiniens Histoire/analyse politique

25 mai 2020 Protégez le travail en faveur des droits humains, agissez pour Laith Liberté de circulation Liberté d’expression Criminalisation

25 mai 2020 Pétition / Dépeçage de la Palestine : arrêter Netanyahou ! #StopAnnexion Colonisation Occupation/annexion


> Toutes les publications