Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Entrée de l’État palestinien aux Nations unies

Question n°2 : Soutiendrez-vous l’entrée de plein droit de l’État palestinien aux Nations unies ?

Position de la Plateforme

L’admission de la Palestine à l’Organisation des Nations Unies permettra à la Palestine de défendre les droits des Palestiniens dans leur ensemble, en accédant aux instances internationales en tant qu’acteur international à part entière. Le soutien de la France et de l’UE est essentiel à cette fin.

Aujourd’hui, les violations répétées du droit international et du droit international humanitaire par l’État israélien sont une entrave à la construction de l’État palestinien, à son développement ainsi qu’à la solution de deux États.

La demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU représente un tournant dans le contexte politique de la construction de l’État que l’UE a soutenu ces dernières années. L’admission à l’ONU permettra à la Palestine de défendre les droits des Palestiniens dans leur ensemble, en adhérant aux conventions internationales et en accédant aux instances internationales en tant qu’acteur à part entière. La Palestine, membre des Nations unies, pourra ainsi engager des procédures contre les responsables israéliens qui ont commis des violations du droit et des crimes de guerre - voire contre l’humanité - à l’encontre des Palestiniens. C’est donc de plein droit que la Palestine doit entrer aux Nations unies. C’est entre États souverains qu’une paix juste et durable peut s’établir.

La Palestine a déjà été admise à l’UNESCO en décembre 2011. La France, qui a appuyé cette démarche, est favorable à une admission de la Palestine à l’ONU en tant qu’Etat observateur, sans droit de vote, et conditionnerait son soutien à l’engagement de ne pas recourir à la Cour pénale internationale. Ce serait pour la Palestine s’insérer dans l’ordre légal international de façon partielle. C’est très insuffisant. Cela suppose aussi que les négociations politiques peuvent légitimement prévaloir sur la recherche de justice, ce que nous réfutons. Cela part du postulat, aussi erroné que dangereux, que la lutte contre l’impunité peut entraver le processus de paix alors qu’il ne peut y avoir de paix durable sans justice.

Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

21 novembre 2017 COLLOQUE/ Palestine : l’occupation nuit-elle gravement à la santé ? Bande de Gaza Développement Jérusalem Santé campagne 2017 Liberté de circulation Occupation Diplomatie et droit international

20 novembre 2017 Wesam Ahmad : « les entreprises privées ont une responsabilité dans les territoires occupés » Entreprises et colonies Produits des colonies Droit international Nations unies

20 novembre 2017 Colloque « Israël-Palestine : que la France s’engage » Histoire/analyse politique Analyses politiques et géopolitiques


> Toutes les publications