Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine

Subscribe to our mailing list

* indicates required

Destructions par Israël des infrastructures palestiniennes financées par l’aide internationale

Question n°6 : Comment contraindrez-vous Israël à cesser de détruire les infrastructures palestiniennes largement financées par l’aide internationale et à verser des compensations pour toutes celles qui ont été détruites ?

Position de la Plateforme

Des millions d’euros sont déboursés par la France et l’UE en aide aux Territoires palestiniens sous forme de financement de projets, dont certains sont détruits par l’armée israélienne.

Depuis la Conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien en décembre 2007, la France a consacré 280 millions d’euros pour soutenir la “construction des institutions du futur État de Palestine” sous forme d’aide budgétaire directe ou de financement de projets. Au niveau européen, 1,2 milliards d’euros ont été déboursés depuis 2008 11 à travers le Mécanisme Palestino-Européen de Gestion de l’Aide Socio-Economique (PEGASE).

Pendant la seconde Intifada en 2000, l’armée israélienne a bombardé et détruit des infrastructures financées par l’Union européenne. Le montant des destructions a été estimé à 17,7 millions d’euros (dont le port maritime de Gaza et la Radio-Télévision palestinienne à Ramallah, financés en partie par des fonds publics français). 9 ans plus tard, lors de l’attaque contre la bande de Gaza du 27 décembre 2008 au
18 janvier 2009, l’armée israélienne a causé 11 millions d’euros 12 de dégâts aux projets financés par des pays membres de l’UE. Enfin plus récemment, d’autres destructions d’infrastructures risquent d’avoir lieu, comme deux installations d’énergie solaire et éolienne (d’une valeur de 200 000 euros) financées en partie par l’Allemagne, ainsi qu’une autre installation d’énergie solaire financée par l’Espagne à
hauteur de 300 000 euros, toutes dans le sud d’Hébron (en zone C, contrôlée par Israël).
Non seulement aucune demande de compensation n’a été formulée auprès des autorités israéliennes, mais les Etats européens dont la France ont largement financé les reconstructions, suite notamment à l’opération Plomb durci. Ainsi l’UE va dépenser 22 millions d’euros 15 pour la “reconstruction du secteur privé” dans la bande de Gaza. La France a aussi financé la réhabilitation d’infrastructures palestiniennes détruites lors de cette attaque. Le 15 décembre 2010 le consul général de France s’est rendu à Gaza afin d’inaugurer la fin des travaux de réhabilitation du service des urgences de l’hopital Al-Quds pour un montant de 2 millions d’euros. Ainsi la France a apporté 6.5 millions d’aide d’urgence à Gaza suite à l’opération Plomb durci.

Certes, ces infrastructures détruites n’appartiennent pas à l’UE, comme le disait Mme Ferrero Waldner, alors Commissaire européenne en charge des Relations extérieures, mais elles posent la question de l’impunité d’Israël et de la cohérence et de la durabilité de l’aide européenne. La France et l’Union européenne devront mettre en œuvre tous les instruments en leur possession afin d’assigner à Israël la responsabilité financière pour tout dommage causé par l’utilisation illégale de la force aux projets ou infrastructures qu’elle finance.

Partager / imprimer
Bouton Facebook Bouton Twitter Bouton imprimer

Campagne en cours


Dernières publications

25 septembre 2017 VIDEO : Comment lutter contre l’apartheid israélien ? Par Richard Falk campagne 2017 droit au BDS Résistance non-violente Analyses politiques et géopolitiques Diplomatie et droit international

25 septembre 2017 Colloque : De la Déclaration Balfour à aujourd’hui, une tragédie coloniale Histoire/analyse politique campagne 2017

21 septembre 2017 Table-ronde : La Palestine après Balfour campagne 2017 Histoire/analyse politique


> Toutes les publications